Banque Fédérale allemande

La Banque Fédérale allemande met l’accent sur les dangers d’une économie de plus en plus lente

La Bundesbank de l’Allemagne accuse le système bancaire d’être fragile. Cela est relaté dans le compte rendu de la Bundesbank concernant la stabilité financière du pays. Cette situation de faiblesse est plutôt alarmante car ses conséquences seraient éventuellement de la nature du désastre si l’activité économique diminue de façon notable. Toujours selon la Bundesbank, l’affaiblissement de l’activité dans le secteur économique est devenu plus qu’une simple possibilité, sachant le concours de circonstances actuelles.

Les enjeux sont décisifs

L’origine de la faille au sein des banques en Allemagne serait les créances à caractère louche. L’option de la demande du rachat de crédit est l’action à adopter afin de solutionner ce problème. Les banques et les acteurs de la banque se sont retrouvés dans l’obligeance d’accroître ce qu’ils possèdent eux-mêmes comme ressources et réserves, et ce, suite à la crise économique de l’année 2008, dans le but d’être dans la possibilité de se rendre garants des crédits. Malheureusement, leur production de bénéfice n’est pas assez suffisante pour continuer à assurer cette action. Par conséquent, les circonstances dans lesquelles ces établissements financiers se trouvent sont quelque peu incommodes.

Il faut impérativement trouver des moyens de s’en sortir de cette situation qui devient plus en plus grave, et les preuves à cette affirmation ne manquent pas. Il existe un ensemble d’actions de la part de l’Autorité bancaire de l’Europe, appelé stress tests. Lorsque ces stress tests ont été récemment orchestrés en Allemagne, les résultats n’ont suggéré rien de bon. En effet, les institutions financières allemandes ne semblent détenir que peu de capacité de résistance et d’adaptation face à une situation de crise.

Les taux d’intérêts ont augmenté de nouveau, et cela constitue un sujet d’appréhension flagrante aux yeux de beaucoup de spécialistes. En effet, la remontée des taux d’intérêts pourrait assujettir la majorité des acteurs dans le secteur financier à de graves difficultés. Pourquoi ? Tout simplement parce que l’accroissement des fonds qui leur appartiennent requiert un investissement de capitaux, et que cet investissement pourrait revenir très cher.

Ce à quoi il faut s’attendre dans l’avenir

En Allemagne, selon des statistiques de source sûre, l’économie a stagné. Elle n’a pas progressé pendant le troisième trimestre. En plus de cela, le PIB national a nettement chuté. Ce genre de circonstances n’est pas commun dans ce pays, du moins pas depuis longtemps, et c’est ce qui est le plus alarmant.

La Bundesbank cite : « Au niveau international, les risques de récession se sont accrus et dans le contexte actuel mondialisé, une réaction en chaîne est à craindre et aurait de fâcheuses répercussions dans la plupart des pays. »

Le monde entier n’est pas sans savoir que les Etats-Unis et la Chine endurent une sorte de guerre froide, de mésentente, et cela a des répercussions au niveau du commerce international. Les équilibres de l’économie mondiale pourraient être touchés, et les tenants et les aboutissants s’y découlant sont difficiles à prévoir.

Les requêtes sur les réformes concernant la monnaie unique se font également plus fréquentes. Cela pourrait éventuellement entraîner la rupture de l’Union Européenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *