taux immo

Crédit immobilier : des taux toujours bas en ce début d’année 2018

Les taux d’intérêt des prêts immobiliers octroyés par les banques connaissent une légère baisse depuis le début de l’année 2018. Cette année s’annonce dynamique pour l’immobilier grâce à ces taux particulièrement attractifs. Focus, sur les taux des crédits immobiliers toujours en baisse en ce début d’année.

Zoom sur la baisse des taux d’intérêt des crédits immobilier

Selon l’observatoire Crédit Logement ; les taux des crédits du secteur concurrentiel de l’immobilier se sont établis en moyenne à 1,47 % en février contre 1,49 % durant le mois de janvier. En février, les taux pour l’acquisition d’une propriété se sont établis à 1,49 dans l’immobilier neuf et 1,50 % dans l’immobilier ancien. Les taux ont subi une baisse constante depuis la seconde moitié de l’année 2017. Grâce à la concurrence qui existe entre les institutions de prêts, les conditions d’apport et de refinancement de crédits immobiliers (plus d’infos ici) restent excellentes. Néanmoins, la baisse des taux n’est pas suffisante pour compenser l’augmentation des prix de l’immobilier. La question se pose alors de la dégradation possible de la bonne santé financière des ménages par rapport à l’emprunt.
En effet, au cours de ces derniers mois, il a été constaté une forte augmentation des prix. Par ailleurs, la baisse constatée des soutiens publics par rapport à l’acquisition d’une première résidence principale est venue entamer la solvabilité des ménages à faibles revenus. En outre, le PTZ ou crédit à taux zéro est moins présent dans les moyennes agglomérations et les zones rurales.

Des barèmes en baisse et des profils mis en avant

Les taux sont en baisse, mais ce ne sont pas tous les ménages qui en bénéficient. Vu la diminution du nombre des emprunteurs sur le marché, les institutions financières affichent des barèmes en forte diminution. En février, le meilleur taux sur 15 ans est de 0,97 %. Pour les taux moyens, les durées les plus courtes reculent de façon légère.
Les grands établissements bancaires appliquent actuellement des réductions importantes sur les taux allant jusqu’à 0,6 %. Cette baisse est particulièrement pratiquée sur des profils bien déterminés. Elle concerne en majorité des primo-accédants de 35 à 45 ans avec des revenus de plus de 5000 euros. Si habituellement un apport personnel de 10 % reste un moyen d’obtenir un taux de crédit bas, avec des revenus assez conséquents, le premier critère n’est plus déterminant. Avec ce profil, l’emprunteur peut bénéficier de nombreux avantages quel que soit la somme de l’épargne regroupée. De plus, la mise en place de la délégation d’assurance (possibilité pour chaque emprunteur de changer d’assurance de crédit immobilier à la date d’anniversaire du contrat) mène les banques à augmenter leurs grilles tarifaires afin de contrer et limiter les pertes que la délégation d’assurance engendre.