hausse taux crédit immobilier

Immobilier : des taux de crédit toujours à la hausse depuis le début de l’année

Si l’année précédente a été marquée par une baisse continuelle des taux de crédit immobilier, 2017 a commencé avec une petite hausse. En revenant sur les chiffres de ces derniers mois, on a quand même pu constater que la tendance se poursuit. Le barème remonte progressivement sans pour autant alerter les clients des banques puisque la demande semble se maintenir à son même niveau depuis le début de l’année.

Une hausse continue, mais assez modérée

L’observatoire Crédit Logement/CSA vient récemment de publier un communiqué sur l’évolution des taux de crédit dans le domaine de l’immobilier. Selon les analystes, on assiste à un accroissement ininterrompu des chiffres depuis le premier mois. En effet, si l’indice était de 1,38 % en janvier, il est passé de 1,49 % en février pour atteindre le niveau de 1,55 % en avril. Il s’agit d’une appréciation réalisée sur le taux moyen et donc sur la situation globale du marché.

Toutes les catégories de prêts sont, en effet, concernées par la montée. Qu’il s’agisse d’emprunts sur une longue durée ou de prêts à court terme, les enseignes semblent vouloir maintenir la tendance. Les experts ont d’ailleurs aussi précisé qu’à la différence des cas précédents, celui-ci touchera aussi bien les ménages les plus modestes que les foyers les plus riches. Les conditions et les critères d’obtention n’ayant pas du tout changé comme l’attestent les informations sur le crédit immobilier sur https://www.boursedescredits.com/credit-immobilier.php.

La hausse s’est accélérée depuis le mois de décembre de l’année dernière jusqu’au mois de février de la nouvelle année. Mais la situation semble s’améliorer puisque l’accroissement s’est ralenti au début du second trimestre. Selon certains courtiers, on peut même s’attendre à une prochaine stabilisation du niveau. Le fait est que la baisse des taux d’emprunt d’État impacte bien le barème pour les établissements bancaires. Certains professionnels songent même à revoir la barre à moins de 0,10 %.

La demande se stabilise malgré le contexte

L’histoire des hausses a commencé dès que le nouveau locataire de la Maison-Blanche est entré en fonction. L’arrivée de Donal Trump au pouvoir a, en effet, redistribué les cartes dans le monde des affaires en général. La crainte des banques s’est poursuivie durant l’élection présidentielle française. Mais pour le moment, la demande est performante malgré quelques signes de faiblesses. Le coût du crédit demeure faible si bien que le pouvoir d’achat permet aux futurs propriétaires de souscrire à un crédit immobilier et d’obtenir leurs nouveaux logements.

L’envie d’acheter et d’investir semble avoir également repris chez les clients. D’un point de vue global, on peut dire que le marché de l’immobilier reste très dynamique même dans le contexte de hausse. Enfin, les analystes tiennent à remarquer que la situation à évoluer dans les grandes villes françaises. Comme dans le cas de Bordeaux, de Lille et de Strasbourg, il devient de plus en plus difficile d’acquérir une nouvelle résidence. Les acheteurs semblent apprécier le niveau bas des taux de l’automne 2016 qu’ils n’arrivent pas encore à s’adapter à la tendance actuelle. Il y a aussi les effets du contexte et ceux de la concurrence puisque les investisseurs se ruent de plus en plus vers ces métropoles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *